Les signatures de Franquin

Les signatures de Franquin

André Franquin a toujours craint de s’ennuyer en dessinant. Pour éviter cela, il se concoctait sans cesse de nouveaux défis : arrêt de la série vedette « Spirou et Fantasio », création d’un héros sans emploi, dans un monde où chaque personnage avait un métier, abandon de la couleur avec les « Idées noires »…
Si l’on associe cet amour de la difficulté à une fascination pour la miniature, il était inscrit que Franquin ne laisserait pas sa signature rester le seul élément immuable au sein du bouillonnement graphique d’une planche de « Gaston ».
En 1970, la planche 644 marque le début de la révolution. Signée « Franqrrrheuh», elle joue sur l’onomatopée. L’artiste laisse roder l’idée jusqu’à la planche 658, qui voit une espadrille grillée atterrir à côté de sa signature classique. La solution passerait-elle par un dessin isolé ? Franquin semble hésiter, car la planche 660 est signée d’un « Franqrrraiiiiing » très réveil-matin. Un gag plus tard, Franquin trouve la solution : le dessin intégrera sa signature. Le « F » se transforme ainsi en parapluie.
A partir de la planche 667 (1971), l’exigeante gymnastique de la « signature dessinée » sera de mise (sauf à 14 reprises) pour chaque gag de « Gaston » jusqu’à la planche 909 (réalisée en 1991). Le volume présente l’intégrale des signatures dessinées par Franquin pour « Gaston Lagaffe ».

Pour commander :
AmazonBDFugue

Affiliation

Commander

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.