Spirou et Fantasio – L’intégrale – tome 8 – Spirou et Fantasio 8 (intégrale) Aventures humoristiques

Amazon.fr Price: 24,95 (as of 10/07/2020 01:21 PST- Details)

Ce huitième volume comprend les aventures « QRN sur Bretzelburg », « Panade à Champignac », « Bravo les brothers », ainsi que le roman illustré « Les Robinsons du rail ». Avec ces albums, les derniers qu’il réalise pour la série « Spirou et Fantasio », Franquin accomplit un exploit paradoxal ; nerveusement épuisé, de surcroît lassé par le personnage de Spirou, il livre néanmoins trois ultimes histoires qui feront date dans la série, tant par leur tension graphique que par leur virtuosité narrative. Les scènes d’anthologie s’y succèdent ; Fantasio face au terrible et sadique Dr Kilikil dans « QRN sur Bretzelburg », ou encore le Comte de Champignac surpris en train de langer un Zorglub retombé en enfance dans « Panade à Champignac ». Pour ces derniers récits, « Panade à Champignac » et « Bravo les Brothers », réunis en un album au ton plutôt parodique, Franquin ose se libérer des conventions narratives propres à la série qui l’a fait connaître et dont il s’est détaché pour poursuivre son oeuvre.

Catégorie :

Description

Ce huitième volume comprend les aventures « QRN sur Bretzelburg », « Panade à Champignac », « Bravo les brothers », ainsi que le roman illustré « Les Robinsons du rail ». Avec ces albums, les derniers qu’il réalise pour la série « Spirou et Fantasio », Franquin accomplit un exploit paradoxal ; nerveusement épuisé, de surcroît lassé par le personnage de Spirou, il livre néanmoins trois ultimes histoires qui feront date dans la série, tant par leur tension graphique que par leur virtuosité narrative. Les scènes d’anthologie s’y succèdent ; Fantasio face au terrible et sadique Dr Kilikil dans « QRN sur Bretzelburg », ou encore le Comte de Champignac surpris en train de langer un Zorglub retombé en enfance dans « Panade à Champignac ». Pour ces derniers récits, « Panade à Champignac » et « Bravo les Brothers », réunis en un album au ton plutôt parodique, Franquin ose se libérer des conventions narratives propres à la série qui l’a fait connaître et dont il s’est détaché pour poursuivre son oeuvre.